The Complete Poetry of Aimé Césaire – Compte rendu de lecture

The Complete Poetry of Aimé Césaire, édition bilingue, traduction de A. James Arnold et Clayton Eshleman. Middletown : Wesleyan University Press, 2017 – Compte rendu : Kora Véron

Comment ne pas saluer a priori une nouvelle traduction de la poésie d’Aimé Césaire en langue anglaise ? Il n’existe évidemment pas une seule traduction possible, pas plus qu’une traduction définitive, et des propositions alternatives sont les bienvenues. The Complete Poetry of Aimé Césaire ne pourra cependant pas constituer une édition de référence pour les lecteurs anglophones : son titre est trompeur ; l’établissement des textes n’est pas toujours fiable et son index est impraticable ; les notes et commentaires comprennent de nombreuses erreurs et des interprétations tendancieuses.

Un titre infidèle masquant un parti pris éditorial confus

Le titre The Complete Poetry of Aimé Césaire ne correspond pas du tout au contenu du volume, et partiellement au projet exposé en introduction, celui de « rendre disponible, pour la première fois en anglais, les éditions originales des œuvres publiées [de Césaire] »[1].

On trouve la première version de Cahier d’un retour au pays natal, parue dans la revue Volontés en 1939, dont la traduction par A. James Arnold et Clayton Eshleman était déjà sortie en 2013[2]. Cette version servira de fondement solide à toutes les autres au fil du temps. Car Césaire ne la « corrigera » pas, mais l’augmentera de différentes manières dans les versions de Brentano’s (déjà bilingue, en janvier 1947), Bordas (mars 1947), et Présence africaine (juin 1956). Pouvoir lire cette version, sans les ajouts ultérieurs est peut-être intéressant. Mais les versions ultérieures ne figurent pas dans The Complete Poetry.

Le lecteur trouvera aussi la traduction des premières versions des recueils Les Armes miraculeuses (1946) — qui comprend Et les chiens se taisaient — ; Soleil cou coupé (1948), ayant également fait l’objet d’une parution antérieure[3] ; et Corps perdu (1950) ; mais pas les suivantes.

Comme Ferrements (1960) n’a pas été modifiée par Césaire après sa première parution en volume, il n’existe pas de « première version » qui justifierait une nouvelle traduction, selon le projet exposé par Arnold.

Le cas de Noria est encore plus déroutant. Ce recueil est édité pour la première fois par l’un des fils d’Aimé Césaire, Jean-Paul, dans les Œuvres complètes de 1976 (Fort-de-France : Désormeaux). The Complete Poetry le traite cependant selon le principe retenu pour La Poésie (Éditions du Seuil, 1994) — qui ne reprend que les poèmes qui n’ont pas été intégrés à moi, laminaire… en 1982.

On y trouve aussi moi, laminaire… et un nouveau recueil publié dans La Poésie : Comme un malentendu de salut, qui, comme Ferrements, n’ont connu qu’une seule édition en volume.

Le lecteur devra par conséquent compléter ses lectures, et travailler assidûment pour reconstituer la logique éditoriale de The Complete Poetry. Heureusement, deux ouvrages antérieurs permettent de palier les manques de cette nouvelle traduction.

Tout d’abord, Aimé Césaire : The Collected Poetry[4], dont j’avais pu vanter les mérites dans Les Écrits d’Aimé Césaire – Biobibliographie commentée[5] :

Ce volume reprend : Cahier d’un retour au pays natal, Les Armes miraculeuses, Soleil cou coupé, Corps perdu, Ferrements, et Noria. Les deux traducteurs, le poète américain Clayton Eshleman et Annette Smith, qui avaient déjà publié de nombreuses traductions des poèmes de Césaire, proposent un ouvrage de référence en raison non seulement de la qualité de leur traduction, mais également grâce au large format de l’ouvrage qui permet une mise en page fidèle aux textes. Eshleman et Smith ont consulté l’auteur, notamment pour vérifier avec lui le sens de quelques mots qui leur posaient problème. Les textes ont été revus et corrigés […] par Aimé Césaire.

La cohérence éditoriale de The Collected Poetry était évidente puisque les traducteurs reprenaient simplement l’édition des Œuvres complètes de 1976.

En complément, Clayton Eshleman et Annette Smith publient en 1990 : Aimé Césaire : Lyric and dramatic poetry (1946-1982)[6] pour intégrer l’édition bilingue de Et les chiens se taisaient / And the Dogs were Silent, dans sa version de 1946, et moi, laminaire…/ i, laminaria…, publié en 1982 : un grand nombre de ces poèmes ayant déjà bénéficié d’une traduction dans des revues américaines comme Callaloo[7].

Comme un malentendu de salut avait aussi été — partiellement — traduit par Lee Hildreth en 1989, dans Callaloo[8], soit avant même sa parution dans le volume La Poésie (1994), puis par Annette Smith dans Research in African Litterature[9], en 2006.

Dès lors, comment James Arnold, présentant l’ouvrage de 2017, peut-il affirmer, dans un entretien consultable en ligne[10] : « Avec Clayton Eshleman, j’ai résolu de faire passer Aimé Césaire dans les milieux littéraires américains en tant que poète » ? Eshleman n’avait pas attendu The Complete Poetry pour entreprendre cette aventure. Et Annette Smith, qui avait cosigné les traductions de 1983 et de 1990 ? Ne devrait-elle pas être reconnue comme co-traductrice, en raison de ses collaborations précédentes avec Eshleman ? Tout au contraire, son travail est minimisé, pour pouvoir l’exclure. L’introduction indique que : « Des huit recueils que comprend The Complete Poetry, trois : The Original 1939 Notebook…, Solar Throat Slashed , et Like a Misunderstanding of Salvation ont été traduits exclusivement par Arnold et Eshleman ». Pour ajouter que seul Eshleman doit être considéré comme le responsable de la version finale de The Collected Poetry[11], puisque c’est lui qui avait assuré la mise au net de la traduction[12] ! Ainsi, non seulement le titre est-il fallacieux, mais également le nom des traducteurs.

Pour être véritablement originaux, et plus complets, Arnold et Eshleman auraient pu décider de traduire des poèmes de Césaire moins connus, car non repris dans ses recueils. Arnold n’avait pas jugé utile de les intégrer au volume publié fin 2013 chez CNRS éditions[13]. Ils sont également absents de The Complete Poetry. Comment le justifier ? Je pense notamment au poème « Varsovie », daté du 30 août 1948. Césaire l’écrit après sa visite du camp d’Auschwitz-Birkenaus, alors qu’il vient de participer au Congrès des intellectuels pour la paix de Wroclaw. Ou à « Couleur du tonnerre », d’octobre 1948, dans lequel Césaire rend hommage aux « andartes » (partisans) de l’Armée démocratique de la Grèce, branche militaire du Parti communiste grec, au moment de la guerre civile, etc.

***

Admettons toutefois qu’Arnold et Eshleman aient eu envie de traduire certains des rares poèmes de Césaire jamais traduits en anglais (mais pas tous), ou de retraduire ceux qui avaient déjà été traduits, ou de traduire une nouvelle version des poèmes.

Une édition peu soignée

Traduire, c’est d’abord établir un texte. On peut se féliciter que des erreurs dont avait pâti le volume publié par CNRS éditions aient été corrigées[14]. Il en reste cependant, qui empêchent de se fier à The Complete Poetry.

Prenons l’exemple de Corps perdu. Ce court recueil avait subi non seulement des problèmes de mise en page, d’indentations et de ponctuation non respectées, mais aussi de nombreuses « coquilles » qui dénaturaient les poèmes dans Poésie, théâtre, essais et discours.

Ici :

  • « la vaste nuit magicienne » redevient bien « la verte nuit », dans « Présence »
  • « aux quatre point cardinaux » retrouve bien sont « jadis » : « aux quatre points jadis cardinaux », dans « Longitude »
  • « Ton portrait » retrouve son « là » : « Or qui vive  », et « Sommation » deux de ces premiers vers : « La chancellerie du feu/ la chancellerie de l’eau »…

En revanche, le poème « Corps perdu » (p. 498) n’a pas été corrigé. On y trouve toujours « marronne » au lieu de « marrone », ce qui pourrait passer pour une rectification orthographique non signalée. Plus gênant : « mais à mon tour dans l’air implacable » est conservé, à la place de « dans l’aire implacable » ! Ce qui ne signifie pas du tout la même chose. D’autant que Césaire joue ensuite sur l’homophonie entre « aire » et « air ».

De plus, phénomène très étrange, l’index des titres est inutilisable. On cherche le titre d’un poème, sans le trouver dans bien des cas. Aurait-il été oublié ? Une totale anarchie règne : soit, comme on peut s’y attendre, ce sont bien les titres des poèmes qui sont indexés ; soit c’est le premier vers d’un poème — disposant pourtant bien d’un titre — qui a été pris en compte. Sauf à connaître à l’avance par cœur tous les premiers vers des poèmes de Césaire, il est impossible de s’y retrouver.

Des notes et commentaires manquant à la fois d’originalité et de rigueur

On retrouve ici les traits caractérisant les ouvrages d’Arnold : pas de travail d’archive, idées fixes sur l’histoire et l’interprétation des textes dont, seul, il détiendrait le secret. Des analyses dont la pertinence avait pourtant échappé aux éditions du Seuil, du vivant de Césaire. En effet, Arnold avait souhaité y publier l’édition française de Modernism and Negritude[15], présentée comme « une analyse approfondie de la poésie de Césaire ». L’ouvrage est refusé par Michel Chodkiewicz[16]. Pierre Oster[17] répond donc poliment à Arnold : « L’abondance des publications qui se préparent pour le soixante dixième anniversaire du poète, incite toutefois [Michel Chodkiewicz] à ne pas lui donner suite »[18].

Je passe rapidement sur le fait qu’Arnold « emprunte » volontiers aux autres chercheurs[19], en se limitant au strict minimum quand il s’agit de citer les sources biobibliographiques ou les analyses déjà publiées qu’il adapte à ses fins. Quand il ne s’en dispense pas tout à fait.

D’innombrables erreurs factuelles vont contribuer à opacifier la connaissance que les lecteurs anglophones auront de Césaire, au lieu de l’éclairer. Juste quelques exemples pris au hasard :

  • Pierre Mabille n’a pas pu inviter Césaire à Port-au-Prince en 1944[20], puisqu’il n’a joué aucun rôle officiel jusqu’en 1945. Il suffit pour s’en convaincre de lire la correspondance contemporaine et de vérifier à quelle date a été signé l’accord culturel entre la France et Haïti[21]. J’avais indiqué, dans un article paru en 2013, que c’était Henri Seyrig, conseiller culturel de la France libre à New York qui avait pris l’initiative de ce séjour diplomatique[22].
  • Césaire n’est pas reçu à New York par ses amis surréalistes, en novembre 1945, chez Peggy Guggenheim[23], mais chez Pierre Matisse : les informations sont disponibles sur le site André Breton[24].
  • La date concernant l’envoi de la maquette Tombeau du soleil, dans lequel se trouve le poème « Conquête de l’aube » est erronée (p. 878)[25].

Des erreurs également par omission. Pourquoi ne pas avoir repris la genèse de plusieurs poèmes, dont « Dérisoire (lettre à un amie lointaine) »[26] ?

a) Po&sie, n° 50, 4e trimestre 1989, p. 8-9.
b) Jacqueline Leiner, « Aimé Césaire. Le terreau primordial », Études littéraires françaises, n° 56. Tübingen : Gunter Narr, 1993, p. 5, sans le post-scriptum.
c) La Poésie. Seuil, 1994, p. 504-505.

Il aurait été alors possible de formuler une hypothèse concernant l’identité de l’amie lointaine, qui n’est sans doute pas « a faraway female friend who remains unidentified » !

Pour ce qui concerne l’histoire des textes, je noterai seulement qu’Arnold tient, depuis des années, à son image de « palimpseste »[27] pour rendre compte de l’évolution de Cahier d’un retour au pays natal. Or, un palimpseste implique un effacement. Comme je l’ai déjà indiqué, Césaire n’a pas « effacé » sa version de 1939, même si ce qui est ajouté ensuite peut disparaître ou être déplacé dans la version suivante. En outre, l’édition Brentano’s n’est pas « fundamentally different » de celle de Bordas, les ajouts ne se trouvent simplement pas insérés de manière identique au texte initial, d’où cet impression d’étrangeté. Mais les différences dans la substance de ce qui est ajouté dans ces deux versions sont certes significatives, mais statistiquement minimes.

Enfin, Arnold adopte une posture « herméneutique » paradoxale. Il réfute les lectures réductrices, fondées sur une surinterprétation idéologique ou politique des poèmes de Césaire. On pourrait le suivre, partiellement, sur ce terrain. Sans cependant aller jusqu’à une surinterprétation tout aussi infructueuse, voire tendancieuse : celle consistant à diluer la « négritude politique » ou l’engagement anticolonialiste de Césaire dans un océan d’influences « spirituelles » : Péguy, Claudel, Nietzsche, les mythologies antiques, Breton, etc., et bien sûr la Bible. D’autant qu’Arnold n’explique jamais précisément comment Césaire joue ce jeu intertextuel.

Et surtout, comment expliquer qu’Arnold recourt lui-même à ce biais interprétatif en périodisant systématiquement l’évolution de la poésie de Césaire en fonction justement de son contexte politique ou idéologique ?

Ainsi, dans l’introduction de Ferrements (1960), Arnold affirme que The Complete Poetry replace le recueil dans « sa juste perspective, entre la négritude héroïque des années 1940, fondée sur une histoire tragique, et la dernière période poétique de Césaire, nostalgique, écrite au moment des indépendances africaines et de leurs conséquences décevantes »[28]. Outre que cette périodisation est bien vague, elle témoigne bien de l’incohérence de celui qui l’établit.

Cette contradiction se manifeste également dans l’analyse récurrente[29] d’un passage ajouté à Cahier d’un retour au pays natal pour l’édition Bordas de 1947:

par la mer cliquetante de midi
par le soleil bourgeonnant de minuit
écoute épervier qui tiens les clefs de l’orient

par le jour désarmé
par le jet de pierre de la pluie
écoute squale qui veille[30] sur l’occident

écoutez chien blanc du nord, serpent noir du midi
qui achevez le ceinturon du ciel
il y a encore une mer à traverser […]

À la fin du Cahier, le « navire lustral » vogue, avec la « négraille » debout, à la barre. Il est guidé par le soleil et les constellations, auxquelles le poète s’adresse.

Arnold interprète cet ajout à la version de 1939 par le contexte géopolitique de la guerre froide (« In the context of the looming Cold War »). Ainsi, pour Arnold, les images des « predatory dogs » (il n’y a qu’un seul chien blanc dans le poème de Césaire) et des « dogfish sharks » (idem, il n’y a qu’un squale) « designated clearly enough the capitalistic world of the West » (mais le chien désigne le nord dans le Cahier). Un monde capitaliste donc, que Césaire opposerait à l’épervier soviétique[31] ! Arnold ajoute que cette allégorie politique était absente de la poétique de Césaire dans les versions précédentes du Cahier. On peut se demander alors pourquoi Césaire ne l’a pas supprimé pour l’édition de juin 1956 (et les suivantes), date à laquelle le poète ruminait sa rupture avec le Parti communiste français — qui sera effective quelques semaines plus tard —, alors qu’il a retiré de nombreux autres passages dans cette version.

De plus, l’épervier peut difficilement passer pour un éloge de l’Union soviétique, si l’on se souvient que cet oiseau rapace est associé à la mort tragique de Toussaint Louverture dans toutes les versions du Cahier : « c’est un homme seul qui fascine l’épervier blanc de la mort blanche ! »

Je ne développerai pas ici mes hypothèses relatives à ce passage, qui requerraient un trop long développement. Mais il est évident que les analyses « génétiques » d’Arnold, manquant de subtilité, sont de surcroît en opposition à ses propres principes.

***

Pour une « meilleure » traduction ?

Enfin, je ne me livrerai pas davantage à un exercice de traduction comparée. L’exercice serait trop ambitieux, en raison des milliers de pages qu’il faudrait étudier soigneusement, et de mes compétences limitées dans ce domaine. Juste une remarque ou plutôt une interrogation, à partir du premier vers traduit.

Cahier d’un retour au pays natal commence invariablement par « Au bout du petit matin », repris comme leitmotiv, quelle que soit la version du poème concernée.

Au bout du petit matin bourgeonnant d’anses frêles les Antilles qui ont faim, les Antilles grêlées de petite vérole, les Antilles dynamitées d’alcool, échouées dans la boue de cette baie, dans la poussière de cette ville sinistrement échouée

Pour traduire ce syntagme, il faut commencer par se demander ce qu’il signifie. Le « petit matin », c’est un matin pas bien grand. L’aube donc. Et ce serait un arbre maladif, dont le bout, la branche, bourgeonn[e] d’anses frêles. Mais ce « bout » se situe-t-il plutôt du côté nocturne ou du côté diurne du « petit matin » ?

Quand on se lève et que l’on se met debout ? Pour uriner comme la paysanne du Cahier « urinant debout, les jambes écartées, roides » ?

Quand « la négraille » se lève ?

Et elle est debout la négraille

la négraille assise
inattendument debout
debout dans la cale
debout dans les cabines
debout sur le pont
debout dans le vent
debout sous le soleil
debout dans le sang
          debout
                       et
                             libre

Ou au contraire quand le poète se vautre dans « la boue de cette baie », ou celle de la ville qui lui devient consubstantielle ?

Et mon âme est couchée. Comme cette ville dans la crasse
et dans la boue couchée.
Cette ville, ma face de boue.

Le retour au pays natal s’annonce, dès son premier vers, comme un voyage incertain au bout de la nuit.

Prendre en considération dans une traduction les jeux sur les signifiants et les enjeux sémantiques — à peine esquissés ici — de ce « au bout du petit matin » n’est certes pas facile.

Ivan Goll et Lionel Abel, ne prenant pas trop de risque, traduisent simplement le syntagme par « At the end of the dawn », dans l’édition Brentano’s. Choix repris par Emile Snyder pour l’édition bilingue de Présence africaine, restée longtemps la traduction de référence en langue anglaise.

Clayton Eshleman et Annette Smith introduisent dans The Collected poetry un geste plus audacieux : « At the end of the wee hours ». On peut voir dans le « wee » (« tout petit »), une allusion au côté « pisseux » (« wee-wee ») de ce petit matin antillais vu par le poètes comme antithèse aux stéréotypes exotiques. Le « w » de « wee » peut aussi évoquer l’idée d’un « wake », d’un éveil, d’une prise de conscience. Avec un peu d’imagination, la double connotation de désespoir et de révolte serait ainsi préservée.

Qu’apporte dès lors l’innovation : « At the end of the small hours », qui renonce à la fois au sens littéral, et à la proposition de The Collected Poetry ? Cette nouvelle traduction n’évoque aucun écho sonore, et on peine à saisir sa portée métaphorique, si chère à Arnold selon son introduction.

***

The Complete Poetry pourra certainement intéresser les spécialistes de la traduction. Mais les étudiants anglophones de Césaire devront se montrer très prudents s’ils souhaitent l’utiliser.

[1] P. IX.

[2] Aimé Césaire, The Original 1939 Notebook of a Return to a Native Land. Wesleyan University Press.

[3] En 2011 : Aimé Césaire, Solar Throat Slashed : The Unexpurgated 1948. Wesleyan University Press. En outre, Clayton Eshleman, alors associé à Denis Kelly, avait publié, dès 1966, une grande partie du recueil, dans sa revue Caterpillar, sous le titre Aimé Césaire, State of the Union : 42 pages.

[4] 1983. Aimé Césaire : The Collected Poetry (1946-1982). Édition bilingue français / anglais. Traduction et présentation de Clayton Eshleman et Annette Smith. Berkeley, Los Angeles, Londres : University of California Press. Un volume in-4°, avec 8 reproductions d’œuvres de Wifredo Lam, dont deux sur la jaquette. Introduction de 32 pages et 7 pages de notes lexicales.

[5] Véron, Kora et Thomas A. Hale. 2013. Les Écrits d’Aimé Césaire – Biobibliographie commentée (1913-2008). Paris : Honoré Champion, p. 575.

[6] Charlottesville : University Press of Virginia.

[7] Callaloo, n° 17, volume 6, n° 1, février 1983, notamment.

[8] Callaloo, n° 38, volume 12, n° 1, hiver 1989.

[9] Research in African Litterature, vol 37, n° 2, été 2006.

[10] http://la1ere.francetvinfo.fr/editeur-americain-publie-poesie-complete-aime-cesaire-version-bilingue-502093.html

[11] With regard to the Eshleman-Smith translation of the Collected Poetry, Eshleman was solely responsible for the final version. P. X.

[12] I met with Césaire in Paris twice on my own and once, when we had our questions down to a douzen, with Annette. At the point that a final draft was possible, I holed up for two weeks in the stacks of Cal Tech library with a typewriter and piles of reference materials. Cité page X.

[13] Césaire, Aimé. 2013. Poésie, théâtre, essais et discours. Ouvrage coordonné par James Arnold. Paris : CNRS Éditions (Planète libre).

[14] http://africultures.com/aime-cesaire-poesie-theatre-essais-et-discours-13231/

[15] 1981. Modernism and negritude : the poetry and poetics of Aimé Césaire. Cambridge : Harvard University Press.

[16] Directeur général des Éditions du Seuil de 1977 à 1989.

[17] Alors membre du comité de lecture des Éditions du Seuil.

[18] Archives des Éditions du Seuil de l’IMEC.

[19] On me pardonnera de faire à nouveau référence à Les Écrits d’Aimé Césaire de 2013. Arnold en reprend, sans le déclarer, un très grand nombre d’éléments concernant aussi bien la biographie que la bibliographie de Césaire, dont certains ne sont connus qu’à partir de cet ouvrage. Je ne prendrai que l’exemple de la collaboration entre Wifredo Lam et Aimé Césaire pour le recueil Annonciation (p. 645), ignorée des chercheurs jusqu’à ce que j’en fasse état dans Les Écrits (p. 559-560).

[20] P. XVI.

[21] Cf Wien Weibert Arthus, « Rétablissement des relations culturelles et économiques franco-haïtiennes après la Seconde guerre mondiale », Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin, n° 27, UMR Sirice (Paris I), printemps 2008, p. 43-59.

[22] Kora Véron, « Césaire at the Crossroads in Haiti : Correpondence with Henri Seyrig », Comparative Literature Studies, volume 50, numéro 3, Pennsylvania State University Press, août 2013, p. 430-444

[23] P. XVI.

[24] http://www.andrebreton.fr/work/56600100834860?back_rql=DISTINCT%20Any%20M%2CMT%2CD%20ORDERBY%20ST%20WHERE%20X%20linked_to%20M%2C%20M%20short_description%20D%2C%20NOT%20X%20identity%20M%2C%20M%20title%20MT%2C%20M%20sorttitle%20ST%2C%20X%20eid%2047674&back_url=http%3A%2F%2Fwww.andrebreton.fr%2Fview%3F_fsb%3D1%26rql%3DAim%25C3%25A9%2520C%25C3%25A9saire%26subvid%3Dtsearch

[25] Kora Véron, « Les archives d’Aimé Césaire sur le Site André Breton », Continents manuscrits, n° 8, mars 2017 : https://coma.revues.org/855

[26] P. 915. Notice dans Les Écrits, p. 658.

[27] P. 7.

[28] The present edition places Ferrments in its proper perspective at the mid-point between the heroic negritude of the 1940s, with its tragic underpinnings, and Césaires’s later nostalgic poetry, written in the wake of African independence and its eventual disappointments. P. 527.

[29] Cf. notamment Poésie, théâtre, essais et discours, p. 149-150. Ici, p. 9.

[30] sic

[31] P. 9.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.