Article de Joris Note sur Eshu

 Joris Note Des visiteurs indésirables

Cet article (en néerlandais) a été publié dans Tiecelijn (29, 2016), revue annuelle consacrée à Van den vos Reynaerde, l’épopée animale médiévale qui représente la version flamande (très originale) d’une branche du Roman de Renart.

Il est centré sur le personnage d’Eshu, ce dieu Yoruba qui fait irruption dans la scène 3.3 d’Une tempête de Césaire, pour y perturber le divertissement organisé par Prospero à l’occasion des fiançailles de sa fille. Alors que Prospero voulait que sa mascarade renforce la chasteté et l’ordre établi, Eshu va bouleverser les choses, conformément à ce que font tous les autres tricksters africains. Mais il est important de constater qu’un dieu comme Eshu n’est pas vraiment cause de conflit et de désordre : les fractures étaient déjà là. Le trickster les met en évidence, de sorte qu’on ne peut plus les ignorer. Il permet ainsi d’engager le travail conduisant à un ordre plus authentique.

L’article compare brièvement le  « fripon divin »,  aux farceurs et aux débrouillards profanes des contes africains et antillais (Compère Lapin, Ti-Jean), et il examine les ressemblances entre Eshu et Reynaert, le renard de l’épopée flamande.

Il rapproche également l’Eshu d’Une tempête de Patrice Lumumba, le protagoniste d’Une saison au Congo. En effet, le 30 juin 1960, lors de la cérémonie d’accession à l’indépendance du Congo, Lumumba prononça un discours imprévu — dans la pièce de Césaire comme dans la réalité historique. En brisant le silence mensonger, le nouveau Premier ministre attirait l’attention sur l’oppression coloniale et ses conséquences.

L’article montre enfin comment Césaire lui-même s’est comporté comme un Eshu, dénonçant l’ordre colonialiste et raciste (dans Une tempête, le dramaturge agit de même envers Shakespeare).

Dans tous ces cas, un outsider, qui n’a pas vraiment droit à la parole, vient nous dire qu’il y a quelque chose qui cloche, que la réalité est autre qu’elle ne semble, qu’elle contient des contradictions qui ne sont pas exprimables dans le langage idéologique qui prévaut.

Joris Note


Joris Note est un écrivain, essayiste et critique littéraire flamand, qui a écrit de nombreux articles pour des journaux et des revues (Spiegel der Letteren, De Brakke Hond, Bunker Hill). Il a publié sept livres de prose littéraire et un recueil d’essais critiques : Wonderlijke wapens (Des armes bizarres) comprenant plusieurs articles sur Aimé Césaire.

  • 1992 – De tinnen soldaat
  • 1995 – Het uur van ongehoorzaamheid
  • 1999 – Kindergezang
  • 2002 – Timmerwerk
  • 2006 – Hoe ik mijn horloge stuksloeg
  • 2009 – Tegen het einde
  • 2012 – Wonderlijke wapens
  • 2015 – Van de wereld

http://schrijversgewijs.be/schrijvers/note-joris/

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.